Brooklyn village

024782Brooklyn village
Réalisateur(s) : Ira Sachs
Casting : Avec Theo Taplitz, Michael Barbieri, Greg Kinnear, Jennifer Ehle…
Genre : Drame
Pays : Américain

Distribution : Faliro House Productions

Festival du cinéma Américain de Deauville – Grand Prix – 2016


Une famille de Manhattan hérite d’une maison à Brooklyn, dont le rez-de-chaussée est occupé par la boutique de Leonor, une couturière latino-américaine. Les relations sont d’abord très cordiales, notamment grâce à l’insouciante amitié qui se noue entre Tony et Jake, les enfants des deux foyers. Mais le loyer de la boutique s’avère bien inférieur aux besoins des nouveaux arrivants. Les discussions d’adultes vont bientôt perturber la complicité entre voisins.


Chronique

Brooklyn village c’est ce genre de film qui vous fait du bien, ce genre de film frais duquel on ressort enchanté malgré une fin douce-amère. Mais c’est ce qui constitue la force du film : nous montrer avec charme et grâce le passage vers l’âge adulte et toutes les difficultés qui en découlent.

D’un côté deux enfants qui deviennent meilleurs amis, et de l’autre leurs parents qui sont contraints de se déchirer malgré eux, pour des raisons financières qui leur échappent. C’est donc un film sur l’amitié candide de l’enfance, du passage à l’âge adulte, d’apprentissage où les enfants sont contraints d’accepter le monde des adultes si complexes et de laisser derrière eux leur innocence. Sentimental, tendue et sensible, en tant que spectateur, on a presque envie de le regarder avec un regard enfantin et d’espérer que les problèmes se résoudrons d’eux-mêmes ; pourtant, on est nous aussi rattraper par la réalité du monde. La société new-yorkaise, les différences de classes, la difficulté de la vie des artistes, les artistes désabusés et ceux qui ont encore des paillettes dans les yeux, c’est tout autant de thèmes abordés.

Les acteurs sont tous parfaits et justes dans leur rôle et il faut souligner la performance des deux jeunes garçons qui est bluffante de vérité. Le réalisateur a eu un véritable don pour sublimer ses comédiens.

Ira Sachs signe un film doux-amer à la mise en scène délicate et colorée qui derrière cet aspect modéré montre la violence et l’injustice de notre société et des relations humaines. Et pour autant, une petite étincelle d’espoir : continuer à croire à soi, à ses capacités pour s’affirmer dans le monde.

Bande annonce

3