ça

itIl est de retour

L’un des plus célèbres romans de Stephen King avait fait l’objet d’une première adaptation sur le petit écran en 1990, qui avait traumatisé l’enfance de toute une génération. Il revient aujourd’hui sur le grand avec au commande Andy Muschietti.

Autant le dire, les amateurs de grands frissons seront certainement déçus, car Ça n’est pas un film d’horreur stricto sensus, mais davantage un film d’épouvante et d’ambiance. Si les scènes sont plus choquantes et oppressantes que dans le téléfilm, le film ne se base pas sur le jump scare ou une montée en tension constante. A contrario, il se permet des pauses qui développeront d’autres thématiques entre deux scènes angoissantes.

Pourtant, le réalisateur crée une atmosphère qui transpire la peur. Car il s’agit en réalité bien là du thème principal du récit. Au delà du film d’horreur, on y perçoit une métaphore des peurs enfantines qu’il convient de surmonter afin de grandir et affronter la vie, avec ses dangers et ses peines bien réelles. L’ambiance fin des années 80/début 90, à l’instar de Stranger Things, raviront les férus et les nostalgiques des films de SF et d’horreur de cette époque. On ne peut par ailleurs qu’admirer le travail de la superbe photographie et de la lumière, ainsi que le soin accordé aux plans légèrement décadrés qui contribuent à créer un malaise général.

Bill Skarsgård campe un Grippe-sou relooké, bien plus terrifiant et fascinant que dans le téléfilm. Le sourire, pourtant simple mais terriblement gênant, et le travail de la gestuelle, tout simplement épatant, rend le clown malsain au possible. Face à lui, toute une tripotée de jeunes acteurs aussi géniaux les uns que les autres. Entre dialogues croustillants et une bonne dose d’humour, Andy Muschietti prend le temps de développer les caractères et la psychologie de chacun, les rendant tous très touchants, et ce même dans la folie de certains face à la cruauté des adultes.

Au fond, le film dépeint également la force de l’amitié et de l’entraide, car finalement qui sont réellement les plus terrifiants : le clown (allégorie de la peur) ou les humains (bien réels) capables de violer ou de torturer physiquement ou psychologiquement ?

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=XExAm_Qlacw&w=560&h=315]

 


Fiche technique

Réalisateur(s) : Andy Muschietti
Casting : Bill Skarsgård, Jaeden Lieberher, Finn Wolfhard …
Genre :  Épouvante
Pays :  Américain

Synopsis

À Derry, dans le Maine, sept gamins ayant du mal à s’intégrer se sont regroupés au sein du « Club des Ratés ». Rejetés par leurs camarades, ils sont les cibles favorites des gros durs de l’école. Ils ont aussi en commun d’avoir éprouvé leur plus grande terreur face à un terrible prédateur métamorphe qu’ils appellent « Ça »…
Car depuis toujours, Derry est en proie à une créature qui émerge des égouts tous les 27 ans pour se nourrir des terreurs de ses victimes de choix : les enfants. Bien décidés à rester soudés, les Ratés tentent de surmonter leurs peurs pour enrayer un nouveau cycle meurtrier. Un cycle qui a commencé un jour de pluie lorsqu’un petit garçon poursuivant son bateau en papier s’est retrouvé face-à-face avec le Clown Grippe-Sou