CRITIQUE | Le Grand bain : une plongée dans la dépression

On ne présente évidemment plus Gilles Lellouche, l’acteur. Sa carrière de réalisateur, encore balbutiante il y a quelques années (quelques courts métrages et le décevant Les Infidèles), semble aujourd’hui percée avec une comédie dramatique sur…la natation synchronisée masculine. Oui, oui. Plutôt étrange au premier abord, Le Grand bain est une plongée dans la dépression, grand mal de notre siècle.

critique le grand bain photoCe qui évidemment frappe instantanément, ce sont les têtes d’affiche du long métrage. Gilles Lellouche s’entoure ni plus ni moins de  Mathieu Amalric, Guillaume Canet, Benoît Poelvoorde, Jean-Hugues Anglade, Philippe Katerine, Virgine Efira et Leïla Bekhti. On pourrait alors penser que certains personnages seront plus en retrait que d’autres, que certaines personnalités seront moins travaillées. C’est un grand non. L’ensemble du casting accapare une part égale à l’écran, avec des caractères tous aussi attachants et soignés les uns que les autres, qui un colérique, qui un musicien looser, qui un commercial raté, qui des ex sportives brisées, qui un père de famille en chute libre. Les points de rassemblement de cette galerie de portrait ? La natation synchronisée masculine, sport peu reconnu et dévalorisé, mais avant tout la dépression.

Maladie encore tabou et incomprise, la dépression peut toucher tout le monde, à tout âge, pour des raisons personnelles, professionnelles, et parfois sans réel élément déclencheur. Le film n’est pas une réponse à la guérison de ce mal. La natation synchronisée ne stoppera pas la douleur d’un claquement de doigt. Simplement, elle leur donnera un but, une motivation, une façon de s’entraider dans l’écoute.

Comédie dramatique douce amère, Le Grand bain n’hésite pas à frapper pile là où ça fait mal, mais aussi à rire de la dépression, non pas pour la ridiculiser mais pour la relativiser. Dès lors, on ne ressort pas déprimer, mais presque grandi. A coup de dialogues et punchline incisifs, Gilles Lellouche nous fait mourir de rire, sans jamais oublier le drame derrière le masque de l’humour.

Le Grand bain c’est tout simplement ce genre de film que l’on regarde la larme à l’œil du début à la fin, de rire ou d’émotion. Un regard intelligent et touchant sur notre société.

Le Grand bain Couverture du livre Le Grand bain
Gilles Lelouche
Mathieu Amalric, Guillaume Canet, Benoît Poelvoorde, Jean-Hugues Anglade, Virgine Efira, Leïla Bekhti, Philippe Katerine
Comédie, Drame
France
24 octobre 2018

C’est dans les couloirs de leur piscine municipale que Bertrand, Marcus, Simon, Laurent, Thierry et les autres s’entraînent sous l’autorité toute relative de Delphine, ancienne gloire des bassins. Ensemble, ils se sentent libres et utiles. Ils vont mettre toute leur énergie dans une discipline jusque-là propriété de la gent féminine : la natation synchronisée. Alors, oui c’est une idée plutôt bizarre, mais ce défi leur permettra de trouver un sens à leur vie...