CRITIQUE | Paranoïa

critique unsane CRITIQUE | Paranoïa : l’iPhone vecteur de tensions

Quelques mois après la sortie de la comédie déjantée Logan Lucky, le très éclectique Steven Soderbergh s’attaque au genre du thriller psychologique avec l’étonnante Claire Foy. La particularité ? Le tout est filmé à l’aide d’un iPhone 7. Oui. Oui. 

Bon, qu’on se le dise, à la lecture du pitch, l’intrigue est un classique du thriller psychologique. Des événements étranges gravitent autour du personnage qui ne parvient plus lui-même à savoir s’il est serein ou s’il sombre dans la folie. Néanmoins, le réalisateur apporte sa patte grâce au choix, somme toute risqué, de filmer avec un iPhone. Nécessairement, on s’attend à une qualité moindre en terme de netteté de l’image, mais également des mouvements de la caméra, et à un champs d’action réduit. Soderbergh contourne le piège en utilisant les défauts inhérents à l’appareil pour en faire un atout essentiel, qui participe à la montée en tension du film et accentue la sensation de déséquilibre des personnages.

L’iPhone grossit et déforme les visages lorsque ceux-ci sont en gros plans, effet d’autant plus amplifié grâce à des contre-plongées vertigineuses, rendant ainsi les scènes plus angoissantes. Le personnage de Claire Foy se sent par ailleurs constamment suivie par son stalker qui la harcèle notamment à coup d’appels et de textos. A l’heure où les vies sont exposées sur les réseaux sociaux grâce audit téléphone, l’utilisation d’un tel objet en tant que caméra souligne l’intelligence du propos et participe à cette vision du monde à travers un écran.

 Le réalisateur interroge notre monde et notre rapport à l’image

Claire Foy interprète brillamment un personnage très nuancé, en apparence une victime douce, qui s’avère peu à peu dotée d’une personnalité ambitieuse, survivaliste et dénuée de remords. Tout comme  Joshua Leonard glace le sang en stalker troublant et lamentable.

Soderbergh s’amuse avec nos nerfs et on ne sait jamais où il nous emmène dans ce (presque) huis-clos. Bien plus qu’un simple thriller psychologique, le réalisateur interroge notre monde et notre rapport à l’image, notamment les fausses impressions qu’elles peuvent renvoyer, tout en dénonçant les milieux de la psychiatrie et des assurances maladies aux Etats-Unis. 

Paranoïa Couverture du livre Paranoïa
Steven Soderbergh
Claire Foy, Joshua Leonard, Amy Irving...
Thriller
Américain
Juillet 2018

Une jeune femme, convaincue d’être harcelée, est enfermée contre son gré dans une institution psychiatrique. Alors même qu’elle tente de convaincre tout le monde qu’elle est en danger, elle commence à se demander si sa peur est fondée ou le fruit de son imagination …