CRITIQUE | The Guilty

The Guilty | Au bout du fil/rouleau

Que diriez-vous de suivre un enlèvement en direct…à l’autre bout du fil ? C’est le concept du film danois The Guilty, un thriller psychologique efficace et haletant.

the guilty

En soi, rien de très original dans la ligne directive de ce film. Un enlèvement. Une enfant seule. Un flic largué et déchu qui tente de les sauver. Et pourtant le film s’enrobe d’une construction qui tient en haleine jusqu’au bout. Et pourquoi ? Tout simplement parce que l’on vit le long métrage non seulement en temps réel mais surtout à travers l’ouïe de Asger qui, presque impuissant, met tout en œuvre pour prendre la situation en main. Respirations haletantes, pleurs, cris, désespoir, longs silences se glissent tour à tour dans nos esgourdes attentives. De quoi avoir les nerfs légèrement à l’épreuve.

A peu de choses près unique acteur à l’écran, Jakob Cedergren suinte littéralement d’un stress contrôlé et captivant. Souvent filmé en gros plan, la tension qui se dégage de ses traits dégouline l’écran pour rejoindre le spectateur. La force de ce film réside également dans sa capacité à nous faire s’attacher rapidement aux victimes grâce à des dialogues maîtrisés et aux tonalités des voix, ainsi qu’à la déconstruction progressive de son protagoniste.

Aussi froid que sa colorimétrie, le film joue de son suspense maîtrisé et glaçant. Mais le réalisateur Gustav Möller ne s’arrête pas là. Un petit twist vient s’insérer, obligeant les spectateurs à réfléchir sur les notions de justice et de culpabilité.

The Guilty est un huis clos noir, certainement peu original, mais terriblement efficace. Plus travaillé qu’il n’y paraît, notamment sur sa forme et l’exercice autour du son, il saura vous clouer à votre siège tout autant que l’est le personnage.

The Guilty Couverture du livre The Guilty
Gustav Möller
Jakob Cedergren, Jakob Ulrik Lohmann
Thriller
Danemark
juillet 2018

Une femme, victime d’un kidnapping, contacte les urgences de la police. La ligne est coupée brutalement. Pour la retrouver, le policier qui a reçu l’appel ne peut compter que sur son intuition, son imagination et son téléphone.