La Fantasy des 80’s au cinéma est-elle vraiment kitsch ?

La Fantasy des 80’s au cinéma est-elle vraiment kitsch ?

De The Dark Crystal à L'Histoire sans fin en passant par Conan et Willow

De Dark Crystal à L’histoire sans fin en passant par Conan le barbare, Willow et cie, certains évoquent ces films de leur enfance avec les yeux qui pétillent, la nostalgie suant par tous les pores, d’autres au contraire les toisent d’un regard désapprobateur, non c’était juste kitsch. On se dit parfois que si on ne les avait pas vus à l’époque, on n’aurait pas non plus aimé. C’est mal joué, lisse, vieillot. C’était juste parce qu’on était petit. Et pourtant, aujourd’hui encore, ces films de fantasy continuent de faire parler d’eux, soit parce que malgré tout, ils sont considérés comme cultes, soit parce qu’ils bénéficient tout simplement d’actualités. Si les effets spéciaux deviennent toujours plus impressionnants, c’est peut-être alors seulement cet aspect vieillissant qui rebute à les regarder sous un œil nouveau.

Des thématiques fortes

Plus de 30 après sa sortie, Ron Howard annonce une série qui fera suite à son Willow. Si ce dernier film s’avère le plus niais et le moins sombre, il critique le  racisme et délivre toutefois de nombreux messages positifs d’altruisme, de tolérance et d’amitié. D’autre part, le succès de Conan depuis la publication du roman écrit par Robert E. Howard en 1932 n’a jamais cessé. Il continue aujourd’hui encore d’être adapté en comics et BD et Disney serait également en discussion pour récupérer le personnage. Il est pour certains considéré comme le second père fondateur de la fantasy moderne avec Tolkien.  Mais bien évidemment, le film sorti en 1982 réalisé par John Milius est celui qui a le plus conquis la pop culture, propulsant la carrière de Arnold Schwarzenegger. A l’inverse total de Willow, Conan est un héros brut et sent la testostérone à plein nez. Mais malgré tout, on peut y voir une critique de l’oppression, de l’esclavagisme et une quête vers la liberté.

Depuis quelques semaines, c’est la musique de Limahl, Never ending story, qui revient à la mode suite à son hommage dans la 3e saison de la série Netflix, Stranger Things. Tiré du roman de Michael Ende, L’histoire sans fin, sous ses aspects de film d’aventure, est en réalité une métaphore du passage à l’âge adulte. Fantasia, le monde dans lequel Bastien se retrouve projeté, disparaît aspiré par le néant, un mal inconnu qui ronge littéralement l’univers. Ce mal, c’est le désespoir et l’oubli qui font perdre aux adultes cette petite étincelle de magie qui pétille dans le regard et les rêves des enfants. Bastien est également un jeune garçon, orphelin de sa mère, délaissé par son père et qui souffre de harcèlement scolaire. Et globalement, c’est un film qui parle de dépression et du deuil puisque Atreyu perd au fur et à mesure ses amis et Bastien doit surmonter la mort de sa mère. Le livre comme le film possède des scènes d’une profonde tristesse. Nul ne se remettra du décès d’Artax, le cheval d’Atreyu qui succombe au désespoir en se laissant mourir, métaphore du suicide.

L’exemple de The Dark Crystal

dark crystal making of

Making of de la série

Si l’on a souhaité aujourd’hui revenir sur ces films, c’est aussi grâce à la superbe série Netflix, The Dark Crystal : Age of Resistance. Netflix s’attaquait à l’un des films les plus emblématiques de l’époque, non pas sous forme de reboot mais de préquel. Il fallait alors pouvoir garder l’essence du film, tout en modernisant la technique. Si l’équipe s’est d’abord posée la question de réaliser de l’animation, ils se sont rapidement rendus compte qu’il manquait cruellement de quelque chose. C’est finalement vers les marionnettes qu’ils se sont tournés, pour notre plus grand plaisir. Fruit de plus de trois ans de travail, la série s’avère extrêmement belle et jouit d’une prouesse technique impressionnante. Il faudra un peu d’adaptation, voire de découverte pour les plus jeunes, puisque nous sommes habitués depuis plusieurs années à des effets spéciaux numérique. Mais c’est un plaisir certain que de revoir du fait main. Netflix dévoile d’ailleurs son making-of sur son site.

Entouré d’un casting vocal ahurissant (Taron Egerton, Anya Taylor-Joy, Nathalie Emmanuel, Alicia Vikander, Natalie Dormer, Mark Strong, Helena Bonham Carter, Simon Pegg ou encore Mark Hamill) et d’une équipe artistique époustouflante, le français Louis Leterrier a tout simplement accouché d’une œuvre superbe. Et si Dark Crystal nous envoute tant, c’est certes grâce à son univers ingénieux, artistiquement abouti, complexe et travaillé, bénéficiant d’une faune et d’une flore foisonnantes, mais aussi et surtout grâce à ses thématiques aussi sombres que choquantes. Le film sorti en 1982 parle ni plus ni moins de génocide, les Gelflings ayant quasiment tous été éradiqués, et de thanatophobie. Les terrifiants Skeksès qui dirigent Thra ont en effet une peur bleue de la mort, accompagnés d’un désir de pouvoir absolu, ils sont prêts à tout pour sauver leur peau. Si l’univers paraît au premier abord maniquéen, il se révèle en réalité beaucoup plus complexe. La série préquelle approfondit quant à elle ces questionnements en évoquant le racisme et les discriminations, la quête d’identité, les conventions sociales et les injustices entre les différentes couches de la société. Dark Crystal, sous ses apparences féériques, est un univers sombre et violent dont certaines scènes de tortures resteront gravées dans nos mémoires.

A l’instar des contes traditionnels dont la violence et la brutalité servent à l’éducation des enfants, ces films abordent des thématiques universelles qui les rendent intemporels. Seuls les effets spéciaux peuvent les vieillir, mais ils continuent de nous fasciner et n’ont pas fini de nous faire voyager.

dark crystal brea

Filmographie et bibliographie

  •  Conan le Cimmérien, Robert E. Howard (1932)
  •  L’histoire sans fin, Michael Ende (1979)
  •  The Dark Crystal, Jim Henson et Frank Oz (1982)
  • Conan le barbare, John Milius (1982)
  • L’histoire sans fin, Wolfgang Petersen (1984)
  • Willow, Ron Howard (1988)
  • Stranger Things, saison 3, Matt Duffer et Ross Duffer (2019)
  • The Dark Crystal : Age of Resistance, Louis Leterrier (2019)