Gauguin – Voyage de Tahiti

gauguin

gauguinUn biopic conventionnel

Pour l’un de ses premiers films, Édouard Deluc choisit de filmer une tranche de vie d’un des plus grands peintres du XIXe siècle dont le courant artistique se situe entre l’impressionnisme et le symbolisme. Paul Gauguin réalisera une série de toiles lors de son séjour à Tahiti en peignant celle qui deviendra sa femme et muse, Tehura.

Si le film nous offre quelques magnifiques plans de l’île, l’ensemble reste bien trop conventionnel et finit par s’étirer en longueur. A l’instar d’autres films récents dans cette mouvance qui s’intéressent aux grands artistes (Rodin, Renoir, Mr Turner,…), on y trouve un réel intérêt de pénétrer dans les esprits tourmentés de ces grands personnages, mais ils manquent cruellement d’une ardeur et d’une identité propre, comme certains autres films qui fascinaient tant (Mozart, Le Roi danse,…).

Vincent Cassel propose un Gauguin tiraillé entre son besoin d’amour viscéral des femmes de sa vie qu’il ne supporte pas de perdre au point de les enfermer dans un cycle infernal, et son amour de la peinture qui le ronge tout autant qui l’anime. Et de finir dans une totale ignorance et une incompréhension générale… Tuheï Adams quant à elle parvient à dépeindre une grande souffrance intérieure rien qu’avec quelques regards.

Un film conventionnel en somme, plaisant à regarder, mais un peu mollasson.

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=7j6kAQlC6Mc&w=560&h=315]

 


Fiche technique

Réalisateur(s) : Édouard Deluc
Casting : Vincent Cassel, Tuheï Adams, Malik Zidi…
Genre :  Biopic
Pays :  France

Synopsis

1891. Gauguin s’exile à Tahiti. Il veut trouver sa peinture, en homme libre, en sauvage, loin des codes moraux, politiques et esthétiques de l’Europe civilisée. Il s’enfonce dans la jungle, bravant la solitude, la pauvreté, la maladie. Il y rencontrera Tehura, qui deviendra sa femme, et le sujet de ses plus grandes toiles.