The Free States of Jones

free_state_of_jones_posterThe Free states of Jones
Réalisateur(s) : Gary Ross
Casting : Matthew McConaughey, Gugu Mbatha-Raw, Mahershala Ali…
Genre : Guerre, Biopic, Drame
Pays : Américain

Distribution : Bluegrass Film


En pleine guerre de Sécession, Newton Knight, courageux fermier du Mississippi, prend la tête d’un groupe de modestes paysans blancs et d’esclaves en fuite pour se battre contre les États confédérés. Formant un régiment de rebelles indomptables, Knight et ses hommes ont l’avantage stratégique de connaître le terrain, même si leurs ennemis sont bien plus nombreux et beaucoup mieux armés… Résolument engagé contre l’injustice et l’exploitation humaine, l’intrépide fermier fonde le premier État d’hommes libres où Noirs et Blancs sont à égalité.


Chronique

Après Hunger Games, Gary Ross revient avec force souffler un vent de liberté. The Free States of Jones est un film résolument puissant qui ne peut que toucher les spectateurs par sa thématique. Tirés de faits réels, c’est une véritable fresque historique poignante qui nous retrace le combat d’un homme, Newton Knight. En véritable chevalier, cet intrépide fermier n’a eu de cesse de combattre l’injustice et l’exploitation humaine afin d’apporter aux Noirs l’égalité que tout homme devrait avoir.

Le film joue également sur des flashforwards durant lesquels, on suit un descendant de Newton qui, sur le banc des accusés, 85 plus tard, se voit condamné d’une peine de 5 cinq ans de prison pour seul crime d’avoir épousé celle qu’il aime alors qu’il possède 1/8 ème de sang noir. L’ironie du sort veut que même la descendance d’un homme qui s’est battu pour l’égalité se retrouve sous le joug d’une injuste justice.

La quasi absence de musique extra-diégétique nous plonge dans une atmosphère intense et réaliste qui renforce davantage encore ce drame de l’histoire. Le film se termine toutefois par une magnifique chanson I’m crying chantée par Lucinda Williams qui prend littéralement aux tripes.

Brillamment interprété par des acteurs inspirés, on retrouve un Matthew McConaughey charismatique en fermier révolutionnaire, entouré d’une douce Gugu Mbatha-Raw et d’un Mahershala Ali blessé mais déterminé.

Attention toutefois, certaines scènes sont particulièrement violentes et pas toujours facile à voir, notamment au début du long-métrage où les horreurs de la Guerre de Sécession ne sont pas épargnées aux spectateurs. Néanmoins, et c’est malheureusement le principal défaut, l’œuvre souffre de longueurs et d’une fin qui s’essouffle un peu en raison des événements amenés de façon hachés, bien qu’elle transparaît l’amertume de Newton.

Note : 3.5/5

Bande annonce VOSTRF

1