CRITIQUE | Héléna : un roman noir électrisant

CRITIQUE | Héléna : un roman noir électrisant

Impossible de refermer le livre une fois plongé dans ses griffes

Trois ans après le succès de son premier roman Les Loups à leur porte, Jérémy Fel confirme son talent d’écrivain avec Héléna publié chez Rivages, un roman noir aussi électrisant et hypnotique que sa couverture. 

Héléna, c’est l’histoire de quatre personnages : une mère, ses deux fils, et une adolescente. Elle ne les connait pas, va croiser leur chemin, provocant alors des dégâts irrémédiables. Lorsqu’un épouvantable drame s’abat, qu’est-on prêt à faire pour sa famille ? A défendre l’irréparable ? Héléna, ce n’est pas l’histoire de ces quatre personnages, mais l’histoire de la violence même qui sommeille chez l’être humain, et qui, titillée par le diable, ouvre les yeux pour rependre le Mal.

Récit psychologique avant tout, l’auteur dresse un portrait fort, nuancé et complexe des pensées et du cheminement de la violence chez ses personnages. Chacun des actes que nous commettons répercute ses conséquences et engendre, tel le battement d’ailes d’un papillon, des catastrophes incontrôlables. Et d’abord, peut-on blâmer ces personnages ? Sont-ils fous ? Peut-on pardonner la folie, au tout au moins la comprendre, quand elle l’est par amour ? Ce sont toutes ces questions sans réponse que pose le livre.

 Au loin, en plein milieu des champs, était plantée la forme christique d’un épouvantail. Il paraissait grand comme le plus grand des hommes. Tommy ne l’avait jamais vu auparavant comme s’il était arrivé de nulle part. Malgré la distance, il pouvait deviner ses yeux grands ouverts et rieurs. Entendre son souffle saccadé, sentir la moiteur de sa chair. L’odeur aigre de sa convoitise.

Frôlant la limite entre littérature dans lequel il est classé et le polar, Héléna est un roman noir digne d’un bon thriller dont on retrouve les ingrédients : enlèvement, séquestration, vengeance. En effleurant tout doucement les frontières d’un fantastique un peu flou, l’auteur joue également avec les troubles psychologiques des personnages, rendant ainsi l’atmosphère encore plus poisseuse, digne d’un bon Stephen King.

De son écriture passionnante, parfois dérangeante mais justement dosée, Jérémy Fel emporte son lecteur dans un torrent de haine qu’on ne parvient plus à lâcher une fois plongé dedans. Du premier chapitre étouffant et écœurant jusqu’au dernier où l’on découvre enfin qui est Héléna, il agence pièce après pièce le puzzle d’une histoire brillante de la société américaine et des relations filiales, et bien moins clichée qu’il n’y paraît de prime abord. Et pour finir, qui donc est Héléna ? Tout ce que Norma n’est pas et ce qui aurait peut-être tout changé…

Héléna est un roman puissant, foisonnant, électrisant sur la violence de l’amour. Avec Jérémy Fel, une nouvelle plume de la littérature française est née ! 

D’autres avis de libraires sur Héléna se retrouvent dans le dossier de la Rentrée littéraire 2018.

Héléna Couverture du livre Héléna
Jérémy Fel
Littérature française
Rivages
22/08/2018
733

Kansas, un été plus chaud qu'à l'ordinaire. Une décapotable rouge fonce sur l'Interstate. Du sang coule dans un abattoir désaffecté. Une présence terrifiante sort de l'ombre. Des adolescents veulent changer de vie. Des hurlements s'échappent d'une cave. Des rêves de gloire naissent, d'autres se brisent. La jeune Hayley se prépare pour un tournoi de golf en hommage à sa mère trop tôt disparue. Norma, seule avec ses trois enfants dans une maison perdue au milieu des champs, essaie tant bien que mal de maintenir l'équilibre familial. Quant à Tommy, dix-sept ans, il ne parvient à atténuer sa propre souffrance qu'en l'infligeant à d'autres... Tous trois se retrouvent piégés, chacun à sa manière, dans un engrenage infernal d'où ils tenteront par tous les moyens de s'extirper. Quitte à risquer le pire. Et il y a Helena... Jusqu'où une mère peut-elle aller pour protéger ses enfants lorsqu'ils commettent l'irréparable ? Après Les Loups à leur porte, Jeremy Fel aborde cette vertigineuse question dans une grande fresque virtuose aux allures de thriller psychologique.