La Chambre des merveilles

La Chambre des merveilles

Poker face // our son premier roman, Julien Sandrel frappe fort puisque celui-ci a été vendu dans une vingtaine de

chambre des merveilles Poker face //

Pour son premier roman, Julien Sandrel frappe fort puisque celui-ci a été vendu dans une vingtaine de pays avant même sa parution en France. Les éditions Calmann Levy soignent quant à elles une couverture des plus attrayantes qui respire la joie de vivre et le bonheur.

Au premier abord pas si gai néanmoins… Un ado dans le coma suite à un accident, une mère en chute libre. Et pourtant ! Le roman s’avère un véritable feel good book qui brûle d’espoir. Si l’histoire a somme toute déjà été vue dans les grandes lignes et les arcs narratifs parfois faciles et naïfs, l’auteur parvient à créer une atmosphère pleine de charme, notamment grâce à des personnages hauts en couleur, et une parfaite maîtrise émotionnelle oscillant entre douleur, allégresse et humour. Non le livre ne tombe pas dans l’apitoiement et le trauma, il cherche au contraire l’étincelle de vie en chacun, à donner envie de réaliser ses rêves, ceux qui sont les plus fous, ceux qui sont les plus simples, à savourer chaque instant.

Julien Sandrel a ce petit quelque chose dans l’écriture qui diffère. Son style est fluide, sans être impersonnel, parfois enchanteur, avec une jolie maîtrise du rythme saccadé lorsque la tension des personnages monte, évoquant ainsi parfaitement l’affolement et la peur panique.

La Chambre des merveilles, c’est ce genre de petit roman qui fait du bien, qu’on aurait tous besoin de lire pour se rappeler que la vie est courte et qu’elle vaut la peine d’être vécue.

Fiche technique

Auteur : Julien Sandrel
Genre : Littérature française
ISBN : 9782702162897
Édition : Calmann Levy (2018)

Résumé
 Louis a 12 ans. Ce matin, alors qu’il veut confier à sa mère,  Thelma, qu’il est  amoureux pour la première fois, il voit bien  qu’elle pense à autre chose, à son travail sûrement. Alors il part,  fâché et déçu, avec son skate, et traverse la rue à fond. Un camion  le percute de plein fouet.
  Le pronostic est sombre. Dans quatre semaines, s’il n’y a pas  d’amélioration, il faudra débrancher le respirateur de Louis.  En rentrant de l’hôpital, désespérée, Thelma trouve un carnet  sous le matelas de son fils. À l’intérieur, il a dressé la liste de  toutes ses « merveilles », c’est-à-dire les expériences qu’il aimerait  vivre au cours de sa vie.
  Thelma prend une décision : page après page, ces merveilles,  elle va les accomplir à sa place. Si Louis entend ses aventures,  il verra combien la vie est belle. Peut–être que ça l’aidera à  revenir. Et si dans quatre semaines Louis doit mourir, à travers  elle il aura vécu la vie dont il rêvait.
  Mais il n’est pas si facile de vivre les rêves d’un ado, quand on  a presque quarante ans…