9782246686118-TLa Despentes aux enfers

Dans cet essai autobiographique, Virginie Despentes dynamite toute la conception de la femme dans notre société actuelle. A défaut d’avoir eu le cran de se défendre lors de son viol, elle prend ici sa revanche à coup de mots bien pesés et d’une plume incisive et intelligente. Exaspérée par les diktats des conventions masculines, elle écrit un véritable plaidoyer punk-féministe dans lequel il met un grand coup de pied dans la fourmilière en touchant les thèmes du viol, de la pornographie et de la prostitution. Parce que les femmes n’ont pas à être naturellement soumises aux hommes, parce que « l’idée que notre indépendance est néfaste », et qu’elles n’ont pas à subir de viol. Parce que la pornographie est un art comme les autres et parce qu’ « ’il tape dans l’angle mort de la raison ». Parce que la prostitution peut résulter d’un choix conscient et individuel, d’une volonté de vivre sa sexualité comme elles l’entendent.

Son but ? Faire agir les femmes / faire réagir les hommes. Fervente défenseuse des droits des femmes, de l’égalité des sexes et de la libération sexuelle, elle voit dans sa descente aux enfers une révélation de sa singularité, de l’individualité que toutes les femmes devraient être en droit d’obtenir, afin de lutter contre la violence des minorités.  En partant du je, de sa propre expérience, elle parvient à rédiger un texte universel.

L’œuvre de Virginie Despentes, proche des mouvances punks et dans la veine des écrits de la féministe provocatrice américaine Camille Paglia, est électrisée d’une critique sociale et de la libération des mœurs et s’érige en combat littéraire. Publié en 2006 aux éditions Grasset, ces derniers revendiquent l’ouvrage comme « un manifeste pour un nouveau féminisme ». Et bien qu’il ait déchainé la presse à sa sortie, Virginie Despentes est considérée depuis comme l’une des porte-paroles du néo-féminisme. Preuve ultime de son poids littéraire, les mots de ce pamphlet ont été plusieurs fois transposés au théâtre, pour que la voix de l’auteur porte bien plus loin encore, se fasse entendre et nous guide vers la voie de l’indépendance.

Alors êtes-vous prêts à « tout foutre en l’air » ?