CRITIQUE | L’homme-feu

CRITIQUE | L’homme-feu

Joe Hill, le fiston du King, propose un monde original avec son dernier livre L'homme feu qui a obtenu le pris Locus du meilleur roman d'horreur. 

l'homme feu couverture L’homme feu : Le fils de Stephen King déborde d’imagination

Joe Hill a réussi à se forger un nom dans le monde littéraire, non pas grâce à celui de son père, mais à son talent. Réputé pour ses comics, il a également écrit quatre livres dont Cornes qui a été adapté au cinéma par Alexandre Aja avec Daniel Radcliffe dans le rôle principal. L’homme feu, son dernier livre, a obtenu le pris Locus du meilleur roman d’horreur. 

Dans un monde pré-apocalyptique, les humains sont frappés d’une sorte de virus qui provoque des combustions spontanées. Harper, une jeune infirmière, contracte la maladie peu de temps après être tombée enceinte. Elle fera alors tout pour sauver son enfant des flammes, grâce à l’aide d’un homme qui parvient à maîtriser le feu. Tel est le point de départ de ce roman foisonnant. On y voit la société telle qu’elle est : une humanité qui ne supporte pas la différence et ce qu’elle ne comprend pas, qui rejette plus facilement qu’elle n’aide. L’auteur dresse un portrait au vitriol des travers des Hommes et dessine des personnages à la psychologie profonde et tiraillée. Les nombreuses références à la pop culture raviront par ailleurs les fans de ces univers adorés.

Il est toutefois dommage que l’Homme-feu soit sous-exploité alors qu’il s’agit du personnage le plus charismatique et intriguant du récit, trop souvent mis en retrait, au profit de Harper.  Le roman s’alourdit également de longs dialogues parfois contraignant à lire.

Roman sociologique et psychologique, L’Homme feu est un récit sombre qui brûle d’originalité. 

L'homme-feu
Joe Hill
Fantastique
JC Lattès
Juin, 2017
623

Personne ne sait exactement quand et où cela a commencé. Sur le corps des hommes et des femmes de magnifiques tatouages apparaissent et brûlent plus ou moins violemment les individus qui les portent... Boston, Détroit, Seattle... sont frappés. Il n'existe pas d'antidote. Harper est une infirmière merveilleusement bienveillante. Le même jour, elle découvre qu'elle est enceinte et qu'elle est touchée par le virus. Paniqué son mari fuit. Et dans ce monde en ruines où des micros sociétés se créent et des milices d'exterminations traquent les malades, Harper va rencontrer l'Homme-feu capable de contrôler le feu intérieur qui consume les humains. Ensemble, ils vont tenter de sauver une société terrorisée où chacun est prêt au pire pour tenter de survivre. Une fresque aussi profonde que fascinante sur l'homme face à ses peurs vertigineuses et à sa puissance de vie.