Outlander – tome 1

chardon-tartan-tome-1-porte-pierre-diana-gaba-L-CBtpOeOutlander – tome 1
Le Chardon et le tartan

Diana Gabaldon
Philippe Safavi (Traducteur)

Genre : Fantasy historique
ISBN : 2258061822
Éditeur : Les Presses De La Cite (2003)


1945. Claire passe ses vacances en Écosse, où elle s’efforce d’oublier la Seconde Guerre mondiale auprès de son mari, tout juste rentré du front. Au cours d’une balade, la jeune femme est attirée par un mégalithe, auquel la population locale voue un culte étrange. Claire aura tôt fait d’en découvrir la raison : en s’approchant de la pierre, elle se volatilise pour atterrir au beau milieu d’un champ de bataille. Le menhir l’a menée tout droit en l’an de grâce 1743, au cœur de la lutte opposant Highlanders et Anglais. Happée par ce monde inconnu et une nouvelle vie palpitante, saura-t-elle revenir à son existence d’autrefois ? Le début d’une série incontournable ! 1945. Claire passe ses vacances en Écosse, où elle s’efforce d’oublier la Seconde Guerre mondiale auprès de son mari, tout juste rentré du front. Au cours d’une balade, la jeune femme est attirée par un mégalithe, auquel la population locale voue un culte étrange. Claire aura tôt fait d’en découvrir la raison : en s’approchant de la pierre, elle se volatilise pour atterrir au beau milieu d’un champ de bataille. Le menhir l’a menée tout droit en l’an de grâce 1743, au cœur de la lutte opposant Highlanders et Anglais. Happée par ce monde inconnu et une nouvelle vie palpitante, saura-t-elle revenir à son existence d’autrefois ?


Chronique

Le Chardon et le tartan, fresque de fantasy historique, adapté depuis peu en série, connaît un très grand succès. J’étais de prime abord légèrement réticente car le topo me paraissait peu original, en revanche, étant attiré par les pays celtiques, je me suis d’abord laissée plonger par la série…que j’ai adorée. C’est elle qui m’a donné envie de découvrir les livres.

Ce que j’ai finalement apprécié dans cette histoire, c’est d’une part que la fantasy n’est que petite pointe, un prétexte magique pour nous enchanter davantage et nous donner envie de nous plonger dans l’Histoire. Car en effet, autour des personnages et de leur propre histoire fictive, c’est surtout la rébellion des peuples écossais face aux Anglais que nous suivons. Nous en apprenons également beaucoup sur leurs coutumes, leurs croyances, leur quotidien, mais également sur la médecine de l’époque. J’ai trouvé cette lecture particulièrement enrichissante et passionnante d’un peuple qui l’est tout autant.

Le 2e grand axe de ce roman est bien sûr l’histoire d’amour entre Claire, la femme du futur, et Jamie, l’Écossais. Leur histoire bien que forte reste également assez réaliste, imparfaite, parfois avec des situations causasses. Néanmoins, même si le personnage de Jamie est vraiment attendrissant, je dirais qu’il frôle parfois la perfection et l’avant-gardisme prononcé. Claire venant d’un futur où les droits de la femme ont évolué est une féministe avant l’âme pour l’époque ; paradoxalement  Jamie la comprend toujours, même s’il se met parfois en colère, il finit par s’excuser. Pour des lecteurs d’aujourd’hui, on entend bien les indignations de Claire, mais je me demande si les réactions de Jamie sont vraiment réalistes dans une certaine mesure où tous les autres hommes pensent comme ceux de leur époque.

Finalement, l’épaisseur du livre qui me rebutait quelque peu, n’a pas été un problème puisque je l’ai dévoré. L’écriture de l’auteur est fluide, nous permettant de nous immerger totalement. Il n’y a pas vraiment de passage mou, tout est bien dosé.

Et maintenant, j’ai juste une envie…retourner faire un voyage en Écosse !

DIGITAL CAMERA

Château d’Edinburgh

Note : 4/5

NB sur la série : la série est fidèle au roman, les acteurs excellents avec de magnifiques costumes et décor et surtout, surtout, un splendide générique porté par une très belle chanson : Skye boat song, chant écossais qui commémore la fuite du Prince Charles Edward Stuart (Bonnie Prince Charlie), alors déguisé en servante irlandaise, d’Uist vers l’île de Skye après sa défaite à la  Bataille de Culloden en 1746.

Cliquez sur l’image !

12