Station Eleven 📖

51tu1wgvil-_sx326_bo1204203200_Station Eleven

Emily St. John Mandel

Genre : Anticipation
ISBN : 2743637552
Éditeur : Payot et Rivages (2016)


Une pandĂ©mie foudroyante a dĂ©cimĂ© la civilisation. Une troupe d’acteurs et de musiciens nomadise entre de petites communautĂ©s de survivants pour leur jouer du Shakespeare. Ce rĂ©pertoire classique en est venu Ă  reprĂ©senter l’espoir et l’humanitĂ© au milieu des Ă©tendues dĂ©peuplĂ©es de l’AmĂ©rique du Nord.

CentrĂ© sur la pandĂ©mie mais s’étendant sur plusieurs dĂ©cennies avant et aprĂšs, Station Eleven entrelace les destinĂ©es de plusieurs personnages dont les existences ont Ă©tĂ© liĂ©es Ă  celle d’un acteur connu, dĂ©cĂ©dĂ© sur scĂšne la veille du cataclysme en jouant Le Roi Lear. Un mystĂ©rieux illustrĂ©, Station Eleven, Ă©trangement prĂ©monitoire, apparaĂźt comme un fil conducteur entre eux



Notule

Station Eleven est un roman pour le moins dĂ©routant dans l’angle qu’il emprunte pour parler d’un monde post-apocalyptique. Ce n’est d’ailleurs pas un terme appropriĂ©, car ici point de futurs effrayants ou monstrueux. Emily St. John Mandel nous propose quant Ă  elle une fin du monde qui se fait tout en douceur, sans ce cĂŽtĂ© exubĂ©rant. Elle est plus sincĂšre, sans doute proche d’une potentielle rĂ©alitĂ©, oĂč les hommes se battent parfois certes, mais de façon plus crĂ©dible.

Le roman s’articule autour de quelques personnages, certains ayant survĂ©cus, d’autres non, et propose un va-et-vient entre les quelques jours qui prĂ©cĂ©dent l’épidĂ©mie, plus rarement ceux qui suivent la chute de l’humanitĂ©, et ce qu’il se passe vingt plus tard. Elle laisse sous-entendre qu’un monde de violence a existĂ©, mais prĂ©fĂšre l’omettre et s’axer sur ce qui nous rend humain, sur ce qui peut nous permettre d’affronter nos dĂ©mons et nous empĂȘcher de retourner Ă  l’état sauvage : la conservation de la mĂ©moire, le chant, le thĂ©Ăątre, la littĂ©rature, qui redonnent Ă  ces poignĂ©es d’ĂȘtres humains cette Ă©tincelle d’espoir si prĂ©cieuse.

Dans un monde oĂč la technologie n’est plus, Emily St. John Mandel choisit de peindre un hymne Ă  l’art. Moyennant une Ă©criture pleine de grĂące, de douceur et de beautĂ©, l’auteur dĂ©crit une histoire mĂ©lancolique qui nous questionne sur notre condition d’ĂȘtre humain.